Tuscan : Le successeur de la Griffith

        La reprise de " TVR "( Grantura Engineering ) en 1965 par Martin Lilley a marqué la fin de la production en série de la Griffith 400 (ou Cobra Killer pour ceux qui suivent). 10 seulement ont vu le jour en 1966 et pour la relancer commercialement Martin Lilley a décidé en 1967 de la rebaptiser : Tuscan. Elle était proposée en deux versions : TUSCAN V8 (4,7 L 195 CV) ou TUSCAN V8 SE (271 CV) et ne différait d'une Griffith que par la qualité de finition, notamment un tableau de bord en bois.

        Le prix proposé pour le modèle de base (équivalent à  celui d'une Jaguar type E) et la mauvaise réputation de fiabilité de la Griffith (particulièrement aux USA) ont abouti à  un échec commercial : seulement 28 voitures fabriquées en six mois.

 

 

 

alt

 

 

 

Echecs à  répétition

        Martin Lilley avait travaillé en parallèle sur un rallongement du châssis pour permettre une plus grande efficacité, l'accroissement de l'espace intérieur et la pose de portières plus longues. En un an seulement 24 de ces LWB (long-wheelbase) TUSCAN V8 SE furent fabriquées.

        Malgré ces deux échecs une nouvelle version est présentée au salon de New York 1968 : la " wide body " Tuscan V8 LWB, première tentative de modification significative du style TVR. La nouvelle carrosserie est plus large, plus longue, a des formes plus douces à l'avant et à l'arrière de nouveaux pare-chocs et feux arrières incrustés : 21 voitures fabriquées de Avril 1968 à  août 1970 !

        Ces coûteux échecs commerciaux ont cependant posé les jalons des futurs succès de TVR : les bases de la Vixen S2 et de la Série M sont là . Martin Lilley avait identifié un manque dans la gamme entre la Vixen (4 cylindres 1,6 L ) et la Tuscan (8 cylindres 4,7L) : le succès de la Vixen redonnant de l'oxygène à  l'entreprise.

Un nouveau modêle était lancé en Mai 1969 : la TUSCAN V6.